Quelques lectures utiles
Quelques lectures utiles
ENC Bessières D1/D2
Site de l'académie de Paris

Accueil > Divers > Qui crée de la valeur dans une nation ?

Qui crée de la valeur dans une nation ?

Le nouvel économiste - 04/05/2018

samedi 12 mai 2018

Une analyse stimulante qui nous force à reconsidérer la façon dont nos économies fonctionnent - et pour qui elles fonctionnent

Qui crée de la valeur ? Qui profite de la valeur ? Qui détruit de la valeur ? Si nous confondons ceux qui profitent de la valeur ou détruisent la valeur avec ceux qui la créent, nous finirons avec des sociétés appauvries et malheureuses, au sein desquelles règnent les pillards.

De nombreux pays occidentaux avancés, en particulier les États-Unis et la Grande-Bretagne, sont déjà dans cette situation, selon Mariana Mazzucato. Les conséquences, comme la montée en flèche des inégalités et la baisse de la croissance, sont déjà visibles, affirme l’auteur, professeur à l’University College de Londres, et par ailleurs conseillère de partis politiques et d’institutions internationales.
Nous devons changer de cap, insiste-t-elle, dans ce livre stimulant. Entre autres choses, nous devons repenser la relation entre marchés et gouvernements ; faire une distinction claire entre créateurs de richesse et ceux qui ne font qu’en profiter ; avoir des ambitions collectives plus audacieuses, notamment passer à une économie plus écologique ; et investir pour l’avenir, au lieu de choisir une austérité stérile et contre-productive.

Ce livre vient après ‘The Entrepreneurial State’, dans lequel Mme Mazzucato a soutenu que le gouvernement a joué un rôle d’innovateur puissant dans l’économie moderne. L’argument principal de ce livre est qu’il est beaucoup trop facile pour ceux qui interviennent dans l’économie de marché de s’enrichir en profitant de la valeur économique créée par d’autres, au lieu d’en générer eux-mêmes.

La manière dont le secteur financier a généré une énorme augmentation de l’endettement des ménages au cours des années qui ont conduit à la crise financière de 2007-2009 en est un exemple évident. Cette concurrence stérile a financé l’achat du parc de logements existants à des prix très élevés. Cela a provoqué une crise importante, un surendettement, une faible croissance et un désenchantement politique. Ceci alors que, pour ceux qui ont créé, manipulé et vendu cette dette, c’était une mine d’or. C’était en fait de la valorisation accompagnée de destruction.
Il en va de même pour la gestion d’actifs, avec ses pratiques abusives, ses frais exorbitants, son manque de transparence, sa mauvaise gestion et ses conflits d’intérêts. Ce secteur financier, ainsi que la “maximisation de la valeur pour les actionnaires” que les économistes ont défendu, a eu un effet néfaste sur l’ensemble des entreprises, soutient Mme Mazzucato, en encourageant les rémunérations exorbitantes ainsi que la manipulation des cours boursiers au détriment de l’investissement à long terme.

La suite ici


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)