Quelques lectures utiles
Quelques lectures utiles
ENC Bessières D1/D2
Site de l'académie de Paris

Accueil > 2D1 > Chapitre 02 - L’équilibre macroéconomique > L’insolente croissance du Portugal inflige un camouflet au culte de (...)

L’insolente croissance du Portugal inflige un camouflet au culte de l’austérité de Merkel et Bruxelles

Le blog de Pascal de Lima - 19.01.2018

samedi 20 janvier 2018

La réussite du modèle portugais ne vient pas des politiques de l’offre mais au contraire des politiques de la demande. Bruxelles est dans l’embarras.

Longtemps le modèle de référence en Europe a été le modèle allemand. Bruxelles en a fait régulièrement l’apologie, notamment en raison de l’exceptionnel excédent budgétaire allemand, de la dynamique de sa dette, de ses réformes permettant une exceptionnelle compétitivité. Bruxelles s’est souvent appuyé sur ce modèle pour faire pression sur les Etats.

Historiquement, ce modèle repose sur les réformes hétéroclites de l’épopée du Chancelier Schröder pour dépasser la crise des années 1990 en Allemagne. Réformes de l’assurance maladie, célèbres lois Hartz, accords de compétitivité dans les entreprises ont propulsé l’Allemagne vers l’idéal de l’économie de l’offre. L’abaissement des charges des entreprises et la hausse de la TVA ont déplacé la pression fiscale. En parallèle à cela, c’est tout le poids de l’Etat qui a été nettement diminué. Ce modèle qui repose finalement sur les entreprises, on le trouve en Autriche, aux Pays-Bas mais aussi... en Italie du Nord. Ces politiques pro-entreprises ont connu leur apogée en Europe entre 2005 et 2011, date à laquelle, en particulier, la croissance allemande a été maximale.

Mais qu’à cela ne tienne, l’Allemagne s’est essoufflée en 2013-2014 avec une croissance, certes, toujours positive. Un fait notable et loin d’être anodin, le taux de croissance du Portugal est passé au-dessus de celui de l’Allemagne en 2015-2016 et ce sera le cas probablement en 2017. Cependant, avec des excédents commerciaux qui inquiètent de plus en plus Bruxelles, l’Allemagne aujourd’hui interroge.

L’influence de l’Allemagne sur les politiques d’austérité en Europe a atteint ses limites. Car la locomotive de l’Europe ne roule désormais plus qu’à petite vitesse, en termes de croissance et d’exportations, un comble !

Car pendant ce temps, le petit poucet de l’Europe, longtemps décrié par Bruxelles, vient bouleverser les grandes certitudes sur les bonnes politiques amères à mener en Europe. Il s’agit du Portugal. Il y a un peu plus d’un an en juillet 2016, la Commission européenne entamait une procédure pour "déficit excessif" contre le gouvernement de Lisbonne. Mais depuis, le Portugal a réduit son déficit à 2,1% en 2016 et devrait le ramener à 1,5% cette année quand on peine en France à passer en-dessous de la barre des 4%.

La suite ici

Voir en ligne : Le blog de Pascal de Lima


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)