Quelques lectures utiles
Quelques lectures utiles
ENC Bessières D1/D2
Site de l'académie de Paris

Accueil > 2D1 > Chapitre 01 - L’équilibre microéconomique > L’autocar, BlaBlaCar et le chemin de fer

L’autocar, BlaBlaCar et le chemin de fer

François Lévêque, 19 avril 2016

samedi 11 novembre 2017

Il était une fois un chemin de fer, BlaBlaCar et plein d’autocars. Longtemps, le train avec l’auto-stop fut le seul moyen de transport pour les non-automobilistes. Puis, vint le co-voiturage à la portée d’un clic permettant de se déplacer en voiture sans permis et à meilleur marché. Enfin, des autocars aux carrosseries bariolées se mirent à sillonner les autoroutes. Mais dans la concurrence en transport, contrairement à la fable, il sert de courir et il faut partir à point.

L’autocar s’est élancé après BlaBlaCar. Le départ a été donné en août dernier par la loi sur la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques qui a déverrouillé le transport régulier long distance en autobus. Dans la chambre d’appel, des déjà-installés et des nouveaux entrants. Parmi les premiers, Ouibus ex iDbus, une filiale de la SNCF, ainsi qu’Eurolines du groupe Transdev. Ces entreprises exploitent depuis plusieurs années des lignes internationales, à l’instar de Paris-Lisbonne, et cabotent sur le territoire national – car c’est autorisé –, en vendant par exemple des billets pour un trajet Paris-Bordeaux sur la route du Portugal. Parmi les seconds, Flixbus, un autocariste allemand, et Starshipper, un consortium d’opérateurs locaux français.

La suite ici


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)