Accueil > 2D1 > Chapitre 07 - Croissance et développement > Philippe Aghion : "Il y aura d’autres grandes vagues d’innovation"

Philippe Aghion : "Il y aura d’autres grandes vagues d’innovation"

Le Monde - 06.11.2016

samedi 5 novembre 2016

Pour l’économiste, il n’y a pas de stagnation durable, car l’offre et la demande de biens et de services innovants sont énormes.
Philippe Aghion est titulaire de la chaire Economie des institutions, de l’innovation et de la croissance au Collège de France.

Des économistes comme Robert Gordon ou Larry Summers estiment que l’économie mondiale est entrée dans une phase de stagnation durable. Partagez-vous ce diagnostic ?

Il est vrai que les pays développés, en particulier les Etats-Unis, n’ont pas le taux de croissance qu’ils devraient avoir, alors qu’ils continuent à innover. Robert Gordon pense que ce phénomène va durer parce que les vagues récentes d’innovations comme celle du numérique n’ont pas le même impact sur la croissance que les précédentes (charbon, chimie, électricité, moteur à explosion…).

Je ne partage pas le point de vue de Gordon pour quatre raisons. Premièrement, l’innovation numérique ne concerne pas seulement les produits et les services, mais aussi la production des idées ; elle facilite l’interaction entre chercheurs et permet une accélération extraordinaire de la diffusion du savoir qui favorise l’innovation. Deuxièmement, les rentes à l’innovation ont beaucoup augmenté en raison de la mondialisation des marchés, ce qui augmente l’incitation à innover. Troisièmement, la demande d’innovation est extrêmement forte, par exemple dans la santé et les énergies renouvelables. Il n’y a donc pas de raison de croire qu’il n’y aura plus de grandes vagues d’innovation, simplement on ne peut pas prévoir quand. Quatrièmement, on ne sait pas mesurer la croissance créée par l’innovation numérique, car on continue à comptabiliser des produits et des services, alors qu’il s’agit d’idées et de qualité. Mes travaux récents visent à montrer qu’aux Etats-Unis la croissance est mal mesurée dans les secteurs où beaucoup de nouveaux produits remplacent des productions existantes. Les instituts de statistiques ne savent pas vraiment faire la part de ce qui est inflation ou augmentation de la qualité dans ces secteurs : ils se contentent d’ignorer les nouveaux produits et de ne calculer l’inflation que sur les produits existants. Avec mes coauteurs, nous avons calculé que l’on "ratait" ainsi 0,5 à 1 point de croissance aux Etats-Unis. Il n’y a donc pas de stagnation.

En Europe non plus ?

Si, car l’Europe et la France ont des problèmes additionnels, facteurs de stagnation réelle. Alors que les Etats-Unis ont commencé par sauver les banques et la croissance à coup de quantitative easing - QE, assouplissement quantitatif - avant de s’attaquer aux déficits, on a fait l’inverse en Europe. Cette politique a tué la croissance. En outre, aux Etats-Unis, le marché des biens et celui du travail sont bien plus dynamiques. Relance et réforme des marchés ne sont pas contradictoires, il faut les mener de front. Le problème est que les Français attendent que les Allemands investissent, et les Allemands attendent que les Français réforment. Il faut un pacte franco-allemand pour sortir de cette impasse.

Mais la France n’a-t-elle pas multiplié les réformes, sur le marché du travail par exemple ?

Oui, mais la vraie réforme, équilibrant flexibilité et sécurité, n’a pas été menée. Il faut donner des garanties de revenu aux chômeurs en formation et cherchant activement un emploi, rendre la formation professionnelle efficace et accessible à ceux qui en ont vraiment besoin, assurer le financement d’un syndicalisme de service pour garantir le dialogue social.

Faut-il une politique industrielle ?

Je crois d’abord au rôle de l’Etat bien au-delà du régalien, dans l’éducation, la formation professionnelle et la sécurisation des parcours, la recherche, la santé, pour stimuler la croissance par l’innovation et la rendre plus juste et inclusive. Mais je crois également dans des interventions sectorielles, notamment pour rediriger le progrès technique vers la transition énergétique ou vers les biotechnologies pour améliorer la santé. L’Etat doit aussi mettre en place une fiscalité qui soit à la fois redistributive et incitative pour l’innovation.

Mais n’est-ce pas au marché, plutôt qu’à l’Etat, de déterminer ce qui est ou non innovant ?

Je crois à la complémentarité entre le marché et l’Etat. La concurrence sur le marché favorise l’in-novation, parce qu’elle facilite l’entrée de nouveaux acteurs et incite à faire mieux que son concurrent. Mais l’Etat est indispensable, d’abord parce que les entreprises n’internalisent pas pleinement les "externalités technologiques" qu’elles exercent sur l’économie, et, ensuite, parce que les petites entreprises ont un accès limité au crédit. Entre une opposition de principe à toute politique industrielle et l’attachement nostalgique au vieux colbertisme où on n’aide que les "champions" nationaux, il y a place pour une nouvelle politique industrielle où l’on favorise la concurrence dans chaque secteur en aidant les petites entreprises et les nouveaux entrants.

Propos recueillis par Antoine Reverchon


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)