Accueil > 1D1 > Chapitre 7 - Monnaie et inflation > Le festival des Vieilles Charrues enterre l’argent liquide

Le festival des Vieilles Charrues enterre l’argent liquide

Le Monde - 07.06.2015

dimanche 7 juin 2015

Supprimer le cash ? Bercy en rêve. Le festival des Vieilles Charrues de Carhaix, dans le Finistère, où se produiront notamment, du 16 au 19 juillet, Muse, The Prodigy, The Do, David Guetta et Dominique A, le fait.

Le premier festival de musiques actuelles de France, avec 225 000 visiteurs en 2014, et autant espérés cette année, va vivre une expérience inédite : une édition sans argent sonnant et trébuchant. Où les bracelets colorés des festivaliers seront équipés d’une puce qui tiendra lieu de porte-monnaie, pour régler tous les achats sur le célèbre site de Kerampuilh et son camping de 45 000 places aux allures de Woodstock du XXIe siècle…

Des porte-monnaie baptisés du nom breton de moneiz ("monnaie"), dont l’intérêt sera triple : réduire l’attente aux 800 mètres cumulés de stands de boissons, de restauration et autres ventes ; faciliter la vie des 6 000 bénévoles, dévoués aux 60 000 festivaliers quotidiens (l’équivalent d’un Stade de France) dont ils doivent épancher la faim et la soif ; éviter que trop d’argent liquide ne circule…

"C’est un projet fou, excitant et ludique, qu’on avait en tête depuis trois ans, mais qu’on ne pensait pas réaliser si vite, raconte le directeur général du festival, Jérôme Tréhorel. On a trouvé la société pour fournir la technologie, la start-up Weezevent." La sécurité a été contrôlée par le Crédit mutuel de Bretagne.

"On avait à cœur que ce bracelet soit 100 % gratuit pour les festivaliers, et que ceux-ci puissent être remboursés de l’argent non dépensé. Ce sera le cas, poursuit M. Tréhorel. Bienvenue aux Vieilles Charrues nouvelle ère !"

Concrètement, les festivaliers se verront remettre un bracelet noir à puce, lié à leur numéro de billet, qu’ils auront crédité au préalable en ligne ou créditeront grâce à des bornes installées sur place. Il leur suffira de passer leur bracelet sur les smartphones des bénévoles pour payer. S’ils n’ont pas mangé (ou bu) tout leur budget, ils seront remboursés.

Cette expérience de paiement dématérialisé est une première aux "Charrues", comme l’appellent les habitués du festival né en 1992. Une première aussi dans l’univers des festivals. "Moins d’attente, c’est plus de concerts", indique le site Web des Charrues en guise de teaser.

Anne Michel


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)