Accueil > 1D1 > Chapitre 4 - Consommation et épargne > La hausse du taux d’épargne stimule-t-elle la croissance ?

La hausse du taux d’épargne stimule-t-elle la croissance ?

http://www.blog-illusio.com

samedi 3 janvier 2015

A court terme, la relation entre l’investissement et la croissance économique est, selon les études, faible ou statistiquement non significative ; par contre, à long terme, le taux d’investissement est la variable présentant la plus forte corrélation avec la croissance [Rodrik, 2000]. Théoriquement, dans un cadre néoclassique, l’épargne devrait jouer un rôle essentiel dans la croissance, car elle apparaît nécessaire pour financer l’investissement. Par exemple, dans le modèle de Robert Solow (1956), une hausse du taux d’épargne entraîne une hausse temporaire du taux de croissance et recule l’instant où l’économie atteindra son état stationnaire (en l’absence de progrès technique). Par contre, dans l’optique keynésienne, non seulement l’épargne n’est pas forcément nécessaire pour financer l’investissement (grâce à la création monétaire), mais c’est en fait l’investissement qui génère l’épargne (via les effets multiplicateurs) ; en outre, une hausse de l’épargne est susceptible de nuire à la croissance à court terme en déprimant la demande globale. Comme les entreprises investissent en fonction de cette dernière, elles risquent également de réduire leurs investissements.

Suite


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)