Accueil > 1D1 > Chapitre 6 - L’investissement > En France, les entreprises utilisent le CICE pour investir

En France, les entreprises utilisent le CICE pour investir

Le Monde - 27.09.2014

mardi 30 septembre 2014

D’après l’Insee, les sociétés emploieront environ la moitié du crédit pour améliorer leur résultat

Petite embellie dans une conjoncture morose. Alors que les premiers versements du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) ont débuté en juillet, près des deux tiers des chefs d’entreprise affirment être prêts à utiliser ces sommes pour augmenter l’emploi et l’investissement.

Tels sont les premiers éléments d’une enquête de l’Insee, publiée vendredi 19 septembre sur ce mécanisme d’aide créé en 2012 par le gouvernement Ayrault pour inciter les sociétés à investir, à embaucher ou à aller sur de nouveaux marchés.

Ce coup de pouce prend la forme d’un allégement d’impôts, représentant 4 % des rémunérations que les sociétés ont versées en 2013 pour les salaires n’excédant pas 2,5 fois le smic. Il passera à 6 % en 2015, sur les rémunérations versées au titre de 2014.

Dans cette enquête à laquelle ont répondu plus de 5 000 entreprises, représentant la moitié du montant total théorique qui sera versé au titre du CICE, plus d’un tiers y voit un effet bénéfique sur l’emploi.

Elles sont 34 % dans l’industrie et 48 % dans les services à miser sur un tel mouvement. Les sociétés sont cependant beaucoup moins nombreuses à estimer que cela permettra de relever les salaires (26 % dans l’industrie et 41 % dans les services) ou à faire baisser les prix (30 % dans l’industrie et 32 % dans les services).

Autre enseignement : les entreprises emploieront environ la moitié du CICE pour augmenter leur résultat d’exploitation et ce surcroît sera destiné majoritairement à l’investissement.

Selon cette enquête, le montant moyen perçu par salarié devrait être de 877 euros dans l’industrie, et 653 euros dans les services, ce qui est conforme aux estimations faites.

Les usages seront différents selon la taille et la spécificité des firmes. Par exemple, les entreprises exportatrices et en bonne santé financière emploieront ces sommes essentiellement pour investir. Celles en difficulté financière, au contraire, reconstitueront principalement leur trésorerie.

Avec le CICE, intégré depuis au pacte de responsabilité, le gouvernement espère entre 150 000 et 300 000 créations d’emplois d’ici à trois ans. " Nous leur donnons des moyens pour investir, embaucher, innover ", expliquait en août le ministre des finances, Michel Sapin. Les entreprises " doivent saisir cette chance ", ajoutait-il.

Début septembre, il tempérait ses propos, estimant qu’il ne fallait pas attendre du CICE des créations d’emplois immédiates. Bercy indiquait alors que l’Etat avait déjà enregistré pour 8,1 milliards d’euros de demandes du CICE sur les 12 milliards d’euros prévus pour cette première année de mise en place. En rythme de croisière, le montant sera de 20 milliards d’euros par an.

" Certains chefs d’entreprise ne connaissent pas encore les mécanismes ni les montants, il y a un très gros effort de mobilisation et d’information à faire autour de ce CICE ", indiquait Michel Sapin, le 5 septembre, lors d’une visite de l’entreprise Broc, en banlieue lyonnaise, qui vient d’en profiter.

Vendredi 19 septembre, il a accueilli avec " satisfaction " la publication de l’enquête de l’Insee. Pour le ministre des finances, " ces chiffres montrent que les objectifs du CICE ont été bien intégrés par les entreprises ".

Dominique Gallois


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)