Accueil > 2D1 > Chapitre 02 - L’équilibre macroéconomique > Bruxelles lance de grands projets dans les transports

Bruxelles lance de grands projets dans les transports

Le Monde - 27.09.2014

mardi 30 septembre 2014

11,9 milliards d’euros sont débloqués pour étoffer les infrastructures intra-européennes

Elle ne dit pas encore adieu à l’austérité, mais l’Europe veut reprendre le chemin de la prospérité. Jeudi 11 septembre, la Commission européenne devait lancer de grands projets d’infrastructures visant à étoffer le réseau de transports intra-européen pour un budget de 11,9 milliards d’euros. " Il est plus important que jamais d’investir dans les infrastructures pour soutenir la reprise ", explique-t-on à Bruxelles.

Il s’agit d’une première tranche d’un budget de 26 milliards consacré aux infrastructures de transports pour 2014-2020. Et cela représente plus du triple des sommes affectées (8 milliards) par la précédente Commission (2007-2013).

La somme est d’autant plus alléchante que, selon Bruxelles, 1 milliard d’euros investi dans les infrastructures de transports représenterait un potentiel de 18 000 emplois.

Le nouveau président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui milite pour un plan de relance européen, n’est pour rien dans cette initiative. Le budget a été alloué, non sans difficultés, par l’équipe de José Manuel Barroso.

Mais à Bruxelles, on ne doute pas que, sous l’impulsion du Luxembourgeois, ce genre d’initiatives s’accélérera et s’amplifiera. N’a-t-il pas évoqué devant les eurodéputés de Strasbourg, le 15 juillet, une enveloppe d’investissements de 300 milliards d’euros ?

Le secteur des transports pense être l’un des destinataires de ces sommes par le biais de " project bonds ", des emprunts européens destinés au financement de grands projets.

Dans l’immédiat, la Commission lancera, jeudi, les appels d’offres aux pays membres pour qu’ils présentent leurs projets. La France et l’Allemagne devraient être les principaux bénéficiaires.

Réforme radicale

L’enjeu est de désenclaver certaines régions, par le rail, la route, ou les voies fluviales. Il s’agit aussi de faciliter les échanges avec les pays dits " périphériques " comme l’Espagne ou le Portugal.

Les projets seront examinés à partir du 26 février 2015 par des experts des différents pays. A la Commission ensuite d’arbitrer. Le démarrage des travaux est prévu pour l’été ou l’automne 2015.

L’initiative s’inscrit dans un programme ambitieux visant, d’ici à 2030, à relier 94 ports européens aux réseaux ferroviaires et routiers, 38 aéroports aux grandes villes par liaisons ferroviaires, à aménager 15 000 kilomètres de lignes pour la grande vitesse et à réduire les goulets d’étranglement via 35 projets transfrontaliers.

Il s’agit de la réforme la plus radicale en matière d’infrastructures depuis les années 1980, selon Bruxelles.

Claire Gatinois


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)