Accueil > 1D1 > Chapitre 6 - L’investissement > Comment les belligérants ont financé 1914-1918

Comment les belligérants ont financé 1914-1918

Le Monde - 12.04.2014

samedi 12 avril 2014

La France et l’Allemagne eurent recours à la planche à billets et à l’emprunt pour faire face aux dépenses occasionnées par la première guerre mondiale

La guerre de 1914-1918 a posé aux Etats européens, et à la France en particulier, un grave problème de financement qui a suscité des solutions " hétérodoxes " vis-à-vis des règles de gestion des finances publiques et des pratiques de création monétaire qui avaient prévalu jusque-là.

En effet, le montant des dépenses militaires est estimé à 186 milliards de dollars, dont 25 milliards pour la France, soit environ 125 milliards de francs-or. Cela représentait donc environ 30 milliards par an, soit six fois le budget annuel de l’Etat d’avant-guerre (Dictionnaire de la Grande Guerre, de Jean-Jacques Becker, André Versaille éditeur, 2008).

Pour faire face à ces dépenses, les Etats ne disposaient donc que de ressources limitées. En France, le principe d’un impôt général sur les revenus avait bien été voté le 15 juillet 1914, à l’initiative de Joseph Caillaux, mais il ne commencera à faire sentir ses effets qu’en 1916. Ainsi, les recettes fiscales ne couvriront qu’environ 16 % des dépenses totales occasionnées par la guerre (contre 25 % à 30 % en Angleterre et aux Etats-Unis), alors que le total des dépenses publiques, qui s’élevait en France à 12,1 % de revenu national en 1912, atteindra le double en 1920.

Au total, les déficits budgétaires cumulés engendrèrent une dette publique qui fut multipliée par 30 en Allemagne, par 25 aux Etats-Unis, par 12 en Grande-Bretagne et par 6 en France. Cette insuffisance de moyens sera palliée de deux façons : par la création monétaire et par l’emprunt, national et international.

L’usage de la " planche à billets " par la banque centrale constituait le moyen le plus simple de financement des dépenses de l’Etat. Bien qu’elle fût toujours une institution privée (elle ne sera nationalisée qu’en 1945), la Banque de France pouvait effectuer des " avances " à l’Etat, sous le contrôle du Parlement. Ainsi, en 1919, ces avances s’élevaient à 25,6 milliards de francs, tandis que le total des billets en circulation atteignait, fin 1918, 30,2 milliards, contre 5,7 fin 1913 (" Les Années 1914-1930 ", par Jean Bouvier et François Caron, in Histoire économique et sociale de la France, sous la direction de Fernand Braudel et Ernest Labrousse, PUF, 1993).

Il en fut de même en Grande-Bretagne et en Allemagne, où la circulation fiduciaire fut multipliée par dix durant le conflit. Cela eut pour conséquences que tous les pays européens suspendirent la convertibilité en or de leur monnaie, imposèrent le cours forcé (obligation d’accepter la monnaie papier en paiement) et virent fondre la garantie or ; en Allemagne, celle-ci passa de 90 % en 1914 à 10 % en 1918.

Cette création monétaire d’urgence contribua à alimenter une " inflation de guerre ", puisque les moyens de paiement émis augmentèrent la demande intérieure alors que l’appareil de production était tourné vers l’effort militaire. Cela réduisait l’offre de biens de consommation, alors que, de plus, une partie du pays était ravagée par les combats. Ainsi, les prix furent multipliés par 4 environ en France et par 2,5 dans les autres pays belligérants.

Cela eut aussi pour conséquence de modifier définitivement la structure de la masse monétaire : la part des pièces métalliques, qui représentait en France 34 % de la masse monétaire en 1913, ne s’élevait qu’à 0,9 % de celle-ci en 1929 ; parallèlement, celle des billets passa de 21 % à plus de 43 %, et celle de la monnaie scripturale (dépôts bancaires à vue et soldes des chèques postaux) passa de 45 % à plus de 55 %. Au total, l’or et l’argent disparaîtront de la circulation monétaire intérieure, l’or ne constituant plus qu’une réserve de valeur conservée dans les coffres des banques, et surtout de la Banque de France, afin d’assurer la confiance dans la monnaie nationale et de régler des transactions avec le reste du monde.

L’autre moyen de financer la guerre fut le recours à l’emprunt. L’Allemagne émit sept emprunts intérieurs pour près de 100 milliards de marks-or. Elle emprunta aussi 2 milliards de marks à des pays neutres. La France contracta quatre grands emprunts nationaux, d’un montant total de 67 milliards de francs : le premier, qui fut lancé le 25 novembre 1915, rapporta 15 milliards de francs, et les trois suivants, émis en octobre 1916, 1917 et 1918, firent rentrer dans les caisses de l’Etat 11, 14 et 27 milliards. Il s’agissait d’emprunts dits " perpétuels ", c’est-à-dire non remboursables, portant un taux d’intérêt compris entre 5 % et 5,5 %. Pour convaincre les Français d’y souscrire, ce qui servait aussi à les impliquer dans l’effort de guerre, l’Etat et les banques qui plaçaient ces titres dans le public créèrent de nombreuses affiches " patriotiques " rivalisant de thèmes allégoriques.

Parallèlement, il était demandé aux Français de céder leur or à l’Etat afin qu’il reconstitue ses réserves. L’or était acheté avec des billets de banque, avec délivrance d’un reçu attestant du civisme des déposants. Mais comme le franc verra sa valeur divisée par cinq en dix ans, les " bons Français " s’étant séparés de ce métal précieux seront pratiquement ruinés.

L’Etat émit également des bons à moyen terme et d’autres à trois mois d’échéance, acquis par la Banque de France, ce qui posait sans arrêt le problème du refinancement du pays. Les créances sur l’Etat détenues par la banque centrale passèrent de 6 % de ses actifs en 1913 à 62 % en 1918.

Par ailleurs, la France rapatria une partie de ses avoirs placés à l’étranger et eut recours à l’endettement extérieur. C’est ainsi que le total des crédits publics et privés provenant des Etats-Unis (57 % du total) et de la Grande-Bretagne atteignit la somme de 32 milliards de francs en 1918. Les crédits interalliés se seraient élevés à environ 16 milliards de dollars en 1918, dont 43 % accordés par la Grande-Bretagne, presque autant par les Etats-Unis, et à près de 14 % par la France. Mais les aides apportées par la France (près de 3 milliards de dollars) l’étaient surtout à la Russie, qui ne les honorera pas après la révolution bolchevique.

La France se retrouva donc en grande difficulté après la fin de la guerre, quand les Anglo-Américains lui réclamèrent le remboursement de ses dettes, alors que le franc se dépréciait par rapport au dollar (un dollar valait jusque-là 5 francs, et vaudra environ 25 francs au début des années 1920), provoquant ainsi une tension entre des anciens alliés.

La France fit alors sien le slogan " l’Allemagne paiera ", celle-ci étant contrainte par le traité de Versailles à verser 132 milliards de marks (l’équivalent de deux fois et demie le revenu national de l’époque) aux vainqueurs, au titre des réparations de guerre. Mais l’Allemagne ne pouvait et ne voulait le faire. Raymond Poincaré décidera alors, début 1923, l’occupation de la Ruhr, afin de contraindre (mais sans succès) l’Allemagne à payer. La France ne sortira monétairement de la guerre qu’au prix d’une dévaluation, engagée en 1928 également par Raymond Poincaré, la valeur or du franc étant divisée par cinq.

Pierre Bezbakh, maître de conférences à l’université Paris-Dauphine.


Cinq ans d’efforts :
- 15 juillet 1914 : Création de l’impôt sur le revenu.
- 31 juillet et 1er août 1914 : Limitation des remboursements des caisses d’épargne, des dépôts et comptes courants dans les banques contre la thésaurisation.
- 5 août 1914 : Cours forcé du billet et instauration, de facto, de la non-convertibilité du franc.
- 13 septembre 1914 : Première émission des bons de la défense nationale (4 %).
- Juillet 1915 : "Campagne de l’or" : le gouvernement propose aux Français des billets contre leur or.
- Novembre 1915 : Lancement du premier grand emprunt de la guerre.
- 1916 : Première année du recouvrement de l’impôt général sur le revenu.
- 30 décembre 1919 : Lancement d’un nouvel emprunt dit de la " reconstruction ".


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)