Accueil > 2D1 > Chapitre 05 - la remise en cause de la politique économique > 1- La politique économique > L’État-providence : quel équilibre entre assurance et assistance (...)

L’État-providence : quel équilibre entre assurance et assistance ?

Cahiers Français #358

mardi 28 janvier 2014

La lente construction de l’État-providence en France a paru tout d’abord hésiter entre une approche assistancielle apportant un secours aux personnes incapables de satisfaire à leurs besoins élémentaires et privées de la solidarité familiale, et une logique assurantielle liant des droits sociaux à la place occupée par les individus dans le processus productif.
C’est ce second modèle, seul à même de répondre à la précarité de la classe ouvrière, qui va progressivement s’imposer – 1945 marquera sa consécration avec la création de la Sécurité sociale –, non sans laisser pourtant à l’assistance une place pour certaines catégories de la population exclues du monde des actifs, personnes âgées ou handicapés principalement.
Mais le développement d’un chômage de masse a remis en question les dispositifs de protection liés à l’activité, aussi à partir des années 1980 assiste-t-on à un retour de plus en plus prononcé, selon des visées et des modalités renouvelées, des logiques assistancielles. Robert Lafore explique qu’il s’agit là d’un véritable renversement des
équilibres : les décloisonnements entre assurance et assistance se multiplient, la notion d’« assuré social » ne gardant tout son sens que pour le noyau central des actifs protégés, et celle d’« allocataire » n’étant donc plus du tout circonscrite à des catégories bien spécifiques.

La suite en pdf

Documents joints


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)