Accueil > 2D2 > Chapitre 03 - Eléments de stratégie > EADS veut réduire les effectifs de ses activités militaires et (...)

EADS veut réduire les effectifs de ses activités militaires et spatiales

Le Monde - 22.11.2013

jeudi 21 novembre 2013

Face à la baisse des budgets de la défense, le groupe pourrait supprimer 8 000 postes

EADS s’apprête à tailler à la hache dans les effectifs de ses activités militaires et spatiales. Selon des sources internes, citées, mercredi 20 novembre, par la presse allemande, Airbus military, Cassidian et Astrium, les trois filiales du groupe d’aéronautique et de défense, pourraient supprimer 20 % de leurs effectifs. Soit 8 000 postes sur un total de 40 000 salariés. Interrogé, EADS se refuse à confirmer l’ampleur des suppressions de postes : " aucun chiffre n’a été décidé ", " aucun chiffre n’existe ".

La direction d’EADS devrait de fait préciser le nombre des postes supprimés lors d’un prochain comité d’entreprise européen (CCE) prévu le 9 décembre à Munich en Allemagne. " Lors du CCE de Cassidian du 13 novembre, on ne nous a pas du tout annoncé de chiffre. On a bien essayé d’en avoir et on nous a répondu : vous les aurez au 9 décembre ", a expliqué Eric Sabathier, délégué CFTC et membre du CCE de Cassidian.

Ces suppressions de postes sont, en partie, liées au regroupement des activités militaires et spatiales d’EADS, prévu en janvier 2014. A l’occasion du changement de nom du groupe d’aéronautique, rebaptisé Groupe Airbus, Cassidian, Airbus military et Astrium seront rassemblés sous la bannière d’Airbus Défense et espace. Une nouvelle entité au chiffre d’affaires de près de 14 milliards d’euros.

Les réductions d’effectifs ont aussi pour origine la baisse annoncée des budgets militaires. Notamment en Allemagne. Fin octobre, Tom Enders, président exécutif d’EADS, avait ainsi averti que, " sans des mesures draconiennes ", la restructuration du groupe " ne marchera pas ".

Hôpitaux de campagne

Marwan Lahoud, le directeur de la stratégie d’EADS, avait confirmé la vente de la filiale Cassidian Test & Services, spécialisée dans les bancs de tests pour les équipements aéronautiques. EADS devrait aussi se séparer de son activité hôpitaux de campagne et de la fabrication de ponts mobiles.

Pour les syndicats, ces futures coupes sont la conséquence des nouveaux objectifs de rentabilité fixés par Tom Enders. Le patron d’EADS vise une rentabilité de 10 % d’ici 2015. Une ambition difficile à satisfaire. Même Airbus, dont les carnets de commandes sont pleins à craquer pour plusieurs années, n’a dégagé qu’un peu moins de 4 % de rentabilité en 2012. En pratique, ce seront surtout les " fonctions support " qui devraient être touchées par le regroupement des activités militaires et spatiales.

Pour amortir le choc, EADS fera jouer " la solidarité de groupe ". Airbus, qui recrute 1 500 salariés " nets " par an devrait être mis à contribution.

Guy Dutheil


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Quelques lectures utiles (académie de Paris)